ACTUALITÉ et ANECDOTES 

19/02/2020

Et bien Olivier ! J'ai visité ton nouveau site, et sans vouloir te passer de la pommade, j'aime vraiment beaucoup.

Ce n'est jamais ennuyeux, c'est diversifié, et ce que, perso, je trouve chouette, c'est que tout en étant le fil conducteur, ce n'est pas que centré sur toi.

Au contraire, tu donnes la parole à tes lecteurs, tu nous emmènes sur des chemins de traverse, à la rencontre de Brueghel par exemple. Moi, j'aime beaucoup la peinture, j'adore Van Gogh et Modigliani (mes chouchoux), mais j'aime en découvrir d'autres...

Ah ! Et j'aime beaucoup les photos de toi, de salon, comme une de tes photos de profil. Et puis, je suis touchée de faire partie de tes remerciements.


L'ensemble me plaît beaucoup, vraiment, c'est clair, aéré, et facile à suivre... Et bien sûr, j'ai lu les deux pages te décrivant, très intéressantes, très alléchantes pour la suite... J'ai aussi appris des trucs que j'ignorais te concernant. Un point commun: j'adore les loups aussi... Véro.

28/01/2020

Dédicaces de la nouvelle Une Vie Rêvée (32 pages). Venez me rencontrer...

23/09/2019

J’ai commencé ce livre le cœur encore en vacances, je l’ai terminé un 15 août (si c’est pas un signe… le lecteur comprendra) la larme à l’œil. Emotions, étonnement, sourires, avec parfois pointe d‘agacement (petit sacripant) furent au rendez-vous.
J'ai également admiré la qualité de l’écriture. Ce voyage au pays des garçons m'a immanquablement fait penser à la Rochelle, où je passais mes vacances au moment où je l’ai acheté.
Lumière envoûtante, joyeuse… un peu mystérieuse et pourtant chaleureuse ! Chemins menant à l'une ou l'autre place ...toutes... plus attirantes les unes que les autres, tours dressées... rencontres fortuites, jusqu'à l'amour véritable indélébile... celui d’une mère et d’un premier amour.
L'éclectisme de ses références passant du populaire au classique, de la gaudriole à Verlaine (et aux quinntous :-) ) prouve que nous sommes tous faits d'un (mé)tissage unique, – certains plus chatoyant que d'autres – que si il ne faut pas oublier que nous sommes tous faits de poussi...

04/09/2019

J’ai pris le temps, mais je viens de finir Une Vie de garçon.  À vrai dire, j’aurais préféré m’arrêter à la page 324, tant l’épilogue m’a touché, mais j’aurais alors manqué les derniers paragraphes, qui sont peut-être les plus intenses et les plus beaux.

J’ai apprécié l’originalité du récit, les trouvailles de style « tout aréolé de gloire », hi ! hi !, les très nombreuses références.  L’auteur a même inventé un genre poétique !  J’avoue avoir un peu saturé par moments, notamment dans la période des eLLes.  Et le procédé de l’alter ego ironique en italiques m’a parfois agacé.  Mais cela mis à part, j’ai lu ce roman avec beaucoup de plaisir.

Il m’a fallu vingt pages pour m’apercevoir qu’on pouvait faire quelque chose avec les lettres de Xavier Papillou !  Il y a sûrement beaucoup d’Olivier Papleux dans ce récit mais rassure-le, je ne lui demanderai pas quels passages sont autobiographiques. 

En même temps, j’y retrouve des choses qui me ressemblent.  C’est don...

05/04/2019

Voici enfin la vidéo de sortie d'Une Vie de Garçon ! Cliquez ici.

14/03/2019

J’ai beaucoup aimé ce roman même si, au milieu, certaines « choses » m ont un peu agacée... Du genre : ah oui, « il » ne pense qu à ça... ou une trop grande sacralisation de la femme.

Mais au fur et et à mesure que j’avançais, je comprenais mieux l’évolution de Xavier et l’importance du Féminin et du Sacré qui renvoient à l’Origine.

Il y a eu un moment où j’ai pensé à une psychanalyse...

J’ai été très surprise par la fin à laquelle je ne m’attendais pas du tout. A-t-il alors trouvé la serenité, la paix ? Non...enfin...si... Il accepte justement la part de féminité en lui... Le ton plein d’humour n'annonce pas cette fin...

Ce roman signe-t-il l’avènement de nouvelles relations hommes-femmes ? En tout cas, il est très riche, les poésies, les considérations sur la musique, le thème du violon... (concernant certaines statues grecques, je trouve aussi qu’elles peuvent ressembler à des sculptures de Brancusi) et très bien écrit... Félicitations à son auteur !!  

06/03/2019

Avant de donner mes impressions sur votre roman, j'ai voulu lire celui qu'Adeline Dieudonné a sorti et pour lequel elle a obtenu tant de succès. Vu la notoriété qu'elle avait reçu, je voulais savoir où se situerait votre œuvre. J'ai ainsi pu rapprocher sur un court espace temps la richesse qu'offre et permet la langue française utilisée par différentes personnes avec leurs qualités personnelles.
Pour moi, il n'y a pas photo, vous surpassez et de loin Adeline et vous méritez incontestablement d'être mieux connu. Je vais tâcher d'illustrer ces propos.

Une impression générale de satisfaction d'avoir lu un livre qui donne du plaisir, qui rend plus riche humainement.

Une chronologie du récit parfaitement maîtrisée, tout se déroule dans une logique temporelle exacte, on perçoit l'évolution du héros à travers les âges de sa vie. Cette vie, elle n'est pas un long fleuve tranquille, forcément. Le héros, comme tout un chacun est confronté aux bons et mauvais moments de la réalité, tiraillé par...

07/02/2019

J'ai dévoré ce livre en deux jours !
Bien écrit, facile à lire, avec un joli vocabulaire.


L'histoire me projette dans mon adolescence et me rappelle avec émotion beaucoup de scènes vécues. Olivier Papleux raconte avec humour, et avec ce zeste de croustillant que nous aimons, ce qui nous a interpellé ou ce que nous avons observé à chaque époque de notre vie de garçon.

Le fait que les personnages et l'histoire soient originaires du Sud-Ouest nous séduisent par leur naturel et truculence.

Le narrateur ne identifie-t-il pas pas à son sujet ?

Un livre attachant que l'on quitte avec un brin de nostalgie.

06/02/2019

Il fallait oser l’écrire ! Olivier papleux l’a fait.

Ayant été élevée "puritainement", j'étais à des galaxies d'imaginer les mécanismes de pensée des garçons. Heureusement, il existe des écrivains qui analysent, décortiquent tous ces ressentis et qui les transposent avec une humilité qui conscientise le lecteur.

Ce garçon, ce Xavier Pépillou :  à cataloguer parmi les obsédés sexuels ? À nous de décrypter sa quête. À l’auteur, surtout, de le décrire sans détour. Et il lui en a fallu du courage pour dévoiler ainsi l'homme, celui qui dénude ses sentiments aussi bien que son corps !

Quelle tournure d'esprit et de plume ne faut-il pas pour relier tous ces vécus à la recherche de ce féminin sacré anthropologiquement expliqué, j'en suis émue !

Please reload

  ME SUIVRE  ...

  • Facebook Olivier Papleux
  • Twitter Classic
  • Facebook La fin des haricots
  • c-youtube

 © 2015 par Olivier Papleux. Créé avec Wix.com...

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now